ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

MANIFESTE D’ ACCRA SUR LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES (RSE) EN AFRIQUE


Version PDF

 

MANIFESTE D’ ACCRA SUR LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES (RSE) EN AFRIQUE

 

Du 8 au 10 novembre 2011 à Douala au Cameroun, a été organisée la première édition du forum international des pionniers de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en Afrique par le Groupement Inter-Patronal du Cameroun

(GICAM) et l’Institut Afrique RSE. La Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) et l’Institut Afrique RSE, avec le soutien des partenaires privés et institutionnels, ont organisé le 21 et 22 novembre 2012 à Tunis,

Tunisie la deuxième édition du forum international sur le thème « Afrique Responsable, les pionniers de la RSE et de la croissance verte inclusive »

L’Association Ghanéenne des Employeurs (GEA), le réseau KILIMANDJARO des acteurs de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et du développement durable en Afrique et l’Institut Afrique RSE ont organisé à Accra au Ghana le 27 et 28 novembre 2013, la troisième édition du forum international des pionniers de la RSE en Afrique sur le thème « RSE, outil stratégique de la transformation structurelle de l’économie et de la création de la valeur partagée en Afrique».

A l’issue des travaux de cette troisième édition du forum, les participants déclarent ce qui suit:

Pour valoriser les démarches RSE des entreprises en Afrique, il est demandé au réseau KILIMANDJARO et à l’Institut Afrique RSE de mettre en place un groupe de travail représentatif des différentes parties prenantes et de l’ensemble des régions d’Afrique afin d’amorcer les consultations pour la création d’un « LABEL RSE AFRIQUE ». Lelabel RSE de la Confédération Générale des

Entreprises Marocaines (CGEM), issu d’un partenariat entre les parties prenantes, servira de modèle.

                         

La finalité de ce label répond à différents objectifs :

 

1 : Adaptée da ns son contexte et mettant l’accent sur les questions centrales spécifiques à la diversité de son territoire, l’implémentation de la Responsabilité Sociétale des Entreprises issue d’un processus de dialogue avec toutes les parties prenantes, peut jouer un rôle stratégique dans la transformation structurelle de l’économie et la création de valeur partagée en Afrique,

 

2 : Malgré une volonté des dirigeants de mettre en pratique la RSE dans leurs organisations, celle-ci reste très orientée vers la philanthropie sans intégration dans la stratégie. Ces initiatives ne prennent pas forcément en compte l’ensemble des questions centrales de la RSE telles que définies par la norme ISO 26000. Il est recommandé aux chefs d’entreprises de passer d’une vision philanthropique à celle stratégique de la RSE. Cette intégration de la RSE dans le business model doit tenir compte du contexte, de la nature des entreprises (multinationales, grandes entreprises, PME, TPE et informel) et s’effectuer par palier.

 

Modalités de mise en œuvre du LABEL RSE AFRIQUE:

 

1 : Qu’elle soit impulsée par les Gouvernements, les agences de normalisation, les organisations patronales, les entreprises ou les autres acteurs de la société civile, on observe actuellement une dynamique de RSE en Afrique qui se traduit par la multiplication des forums, des projets pilotes sur la RSE, l’adoption des lois, l’élaboration de chartes, de politiques et de labels

 

2 : Il est indispensable de prendre en compte les critères Environnementaux, Sociétaux et de Gouvernance (ESG) dans les projets d’investissement en Afrique. Il faut accompagner les entreprises africaines dans l’élaboration des diagnostics RSE.

 

Mais au-delà de l’exigence des institutions financières et des fonds d’investissements, il semble plus judicieux d’accompagner les organisations en Afrique dans la mise en œuvre des recommandations issues de ces diagnostics RSE. Cette proposition est particulièrement nécessaire pour les PME en Afrique qui n’ont pas les moyens financiers et humains pour implémenter la démarche RSE.

 

3 : Afin de donner de la visibilité, de valoriser et d’encourager les organisations exemplaires en matière de RSE, il est recommandé de remettre chaque année des prix de pionniers de la RSE en Afrique en marge du forum. Pour qu’ils soient reconnus en Afrique et au niveau international, il est demandé au réseau KILIMNDJARO et à l’Institut Afrique RSE de mettre en place un groupe de travail multi parties prenantes et un jury permanent constitué de personnalités dont l’expertise est reconnue dans le domaine de la RSE, pour élaborer les critères de sélection et d’attribution des prix

 

4 : En s’appuyant sur les outils et l’expertise du Global Reporting Initiative (GRI),la Francophonie, la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), il est demandé au réseau KILIMANDJARO et à l’Institut Afrique RSE de poursuivre la collaboration avec la GRI, la Francophonie et la CBD sur l’utilisation de leurs outils et engagements pour la transformation structurelle et la création de la valeur partagée en Afrique. Il faudra surtout mettre en exergue l’adaptation dans le contexte africain.

 

5 : Le respect des Droits de l’Homme et de la gouvernance sont indispensables pour la transformation structurelle de l’économie et la gestion durable des ressources naturelles en Afrique. Le succès ghanéen peut servir d’exemple pour les autres pays africains.

 

6 : L’engagement constant de la Francophonie en matière de Responsabilité Sociétale des Entreprises et de Droits de l’Homme a été salué. Les participants incitent la Francophonie à organiser, en partenariat avec le réseau KILIMANDJARO et l’Institut Afrique RSE, un dialogue multipartite entre ses branches institutionnelles, la société civile et les entreprises

 

7 : L’engagement croissant des organisations patronales africaines dans le domaine de la RSE est unanimement salué. Il est demandé à l’Association des Employeurs Ghanéens (GEA), la Confédération Générale des Entreprises de Côte-d’Ivoire (CGECI), la Confédération Générale des Entreprises

Marocaines (CGEM), la Fédération des Organisations Patronales d’Afrique de l’Ouest (FOPAO) et le Groupement Inter-Patronal du Cameroun (GICAM) d’effectuer un lobbying au niveau de Business Africa, du Bureau International du

Travail (BIT) et de l’Organisation Internationale des Employeurs (OIE) pour une participation plus active de ces institutions aux travaux du forum international des pionniers de la RSE en Afrique et la mise en œuvre des recommandations des Manifestes qui en découlent.

 

8 : Il est demandé à l’Association des Employeurs Ghanéens (GEA), la Confédération Générale des Entreprises de Côte-d’Ivoire (CGECI), la Confédération Générale des Entreprises Marocaines (CGEM), la Fédération des Organisations Patronales d’Afrique de l’Ouest (FOPAO) et le Groupement Inter-

Patronal du Cameroun (GICAM) de travailler avec le réseau KILIMANDJARO et l’Institut Afrique RSE pour une reconnaissance du forum international des pionniers de la RSE en Afrique par les institutions africaines et les organisations internationales impliquées dans la RSE et l’économie durable au niveau mondial

 

9 : Le local content et la prise en compte des attentes des communautés locales sont incontournables pour l’ancrage de la démarche RSE dans le territoire. Mais quels définition et contenu donner au local content dans le contexte africain ? Cette question qui retient actuellement l’attention des autorités et des multinationales sera à l’ordre du jour de la prochaine édition du forum

 

10 : Le réseau KILIMANDJARO et l’Institut Afrique RSE poursuivront au cours de la quatrième édition du forum, ce travail de mobilisation des parties prenantes pour la co-construction par l’Afrique et pour l’Afrique d’une Responsabilité Sociétale des Entreprises adaptée au contexte africain

 

 

Les participants

Accra le 28 novembre 2013

 

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE