ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -PAIX ET DDH


Source: www.un.org, Publication: Sat 09 Jul 2016

Soudan du Sud : à la veille de l'anniversaire de l'indépendance du pays, l'ONU condamne la montée de la violence


Soudan du Sud : à la veille de l'anniversaire de l'indépendance du pays, l'ONU condamne la montée de la violence


Soudan du Sud : à la veille de l'anniversaire de l'indépendance du pays, l'ONU condamne la montée de la violence

A la veille des célébrations du cinquième anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud, le 9 juillet, plusieurs hauts responsables de l'ONU ont condamné vendredi la récente flambée de violence dans certaines régions du pays, appelant les parties à mettre rapidement en œuvre l'accord de paix signé l'an dernier pour mettre fin à la souffrance des civils et aux déplacements de population.

« Je suis profondément alarmé par la poursuite des combats à Juba entre les soldats de l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS) et l'APLS dans l'opposition », a déclaré dans un communiqué de presse le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

 M. Ban a indiqué que le déclenchement des hostilités dans la capitale du pays, à la veille du cinquième anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud, illustre une nouvelle fois « le manque d'engagement sérieux » des parties en faveur du processus de paix et représente « une nouvelle trahison envers le peuple » du pays, qui a été victime « d'atrocités innommables » depuis décembre 2013.

 

« Je suis également gravement préoccupé par la résurgence de la violence à Wau et Bentiu, qui pourrait conduire à une détérioration dramatique de la situation sécuritaire dans tout le pays », a déclaré M. Ban, tout en appelant les parties à respecter le droit international humanitaire et à garantir au personnel des Nations Unies et aux partenaires humanitaires un « accès sans entrave » aux personnes dans le besoin.

 

M. Ban a par ailleurs condamné les attaques répétées contre les opérations des Nations Unies et humanitaires dans le pays, dont la dernière en date a pris pour cible un haut fonctionnaire de l'ONU, jeudi, à Juba.

« Je prie instamment le Président Kiir et le Premier Vice-Président Riek Machar de mettre immédiatement un terme à la poursuite des combats, de discipliner les chefs militaires responsables de la violence et, enfin, de travailler ensemble en tant que partenaires pour mettre en œuvre l'Accord sur la résolution du conflit au Soudan du Sud », a appelé le Secrétaire général.

« La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) condamne fermement la recrudescence des violences qu'a connu le pays cette semaine, suite auxquelles de nombreuses victimes civiles ont perdu la vie et ont été blessées à Juba, Wau et Bentiu », a quant à elle déclaré dans un communiqué de presse la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU au Soudan du Sud et responsable de la MINUSS, Ellen Margrethe Loej.

Mme Loej a exhorté toutes les parties, « à la veille du cinquième anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud », à renoncer à la violence et à se focaliser sur la mise en œuvre de l'accord de paix, signé en aout 2015.

« Nous déplorons également les tirs aveugle contre un responsable d'une agence de l'ONU qui ont eu lieu hier soir dans la zone de Tomping, à Juba », a déploré la Représentante spéciale, ajoutant qu'un tel acte constitue une violation grave de l'Accord sur le statut des forces entre les Nations Unies et le Soudan du Sud.

Malgré ces violences, Mme Loej a affirmé que l'ONU demeurait fermement engagée à accomplir sa mission au Soudan du Sud et à soutenir la mise en œuvre de l'Accord de paix.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit gravement préoccupé par les déplacements forcés qui résultent des violences, à la fois à l'intérieur du pays et dans la région.

Lors d'une conférence de presse au Palais des Nations à Genève, en Suisse, la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, a ainsi rappelé que la plus jeune nation du monde figure actuellement parmi les pays ayant les plus importants niveaux de déplacements de population provoqués par des conflits. « Près d'un quart des citoyens du Soudan du Sud sont déplacés à l'intérieur de leurs frontières ou dans les pays voisins, soit environ 2,6 millions de personnes pour une population totale de près de 11,3 millions en 2013 », a-t-elle précisé, ajoutant qu'une grande majorité des personnes déplacées sont des enfants.

La porte-parole du HCR s'est par ailleurs inquiétée des conséquences pour les civils de l'augmentation de l'insécurité alimentaire et de la détérioration des conditions économiques en raison des violences. Elle a ajouté que, selon les agences de l'ONU, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire dans le pays devrait prochainement augmenter de 4,3 millions à 4,8 millions.

 « Malgré l'accord de paix qui a officiellement mis fin à la guerre civile en août 2015, les conflits et l'instabilité se sont propagés dans des zones auparavant non touchées dans les régions de l'Équatoria et du Bahr el-Ghazal », a-t-elle déploré, rappelant que le mois dernier, les affrontements meurtriers dans la ville de Wau ont entraîné la mort de plus de 40 personnes et le déplacement de 35.000 autres.

D'autre part, Mme Fleming a constaté qu'au cours des neuf derniers mois de cessez-le-feu, il n'y a pas eu de grand mouvement de retour de réfugiés. « Durant cette période, le nombre de déplacés a augmenté de 100.000 personnes, alors que le HCR a enregistré près de 140.000 nouveaux réfugiés », a-t-elle précisé.

 La porte-parole a ajouté que plus de 860.000 réfugiés sud-soudanais ont trouvé refuge dans les pays voisins, ce qui en fait le quatrième plus grand pays producteur de réfugiés dans le monde.


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE