ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -COOPéRATION


Source: Green Countries, Publication: Thu 20 Oct 2016

197 pays s'engagent à limiter de puissants gaz à effet de serre lors de l'accord le plus important depuis Paris


197 pays s'engagent à limiter de puissants gaz à effet de serre lors de l'accord le plus important depuis Paris


197 pays s'engagent à limiter de puissants gaz à effet de serre lors de l'accord le plus important depuis Paris

Près de 200 pays se sont mis d'accord aujourd'hui sur un accord historique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre puissants, les hydrofluorocarbones (HFC), dans un élan qui pourrait éviter une augmentation du réchauffement planétaire à hauteur de 0,5 degrés Celsius à la fin de ce siècle.

L'amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone approuvé à Kigali aujourd'hui représente la plus grande contribution que le monde a faite vers le maintien de la hausse de la température mondiale "bien au-dessous" de 2 degrés Celsius, un objectif énoncé lors conférence sur le climat de Paris l'an dernier .

"L'année dernière à Paris, nous nous sommes engagés à préserver le monde des pires effets du changement climatique. Aujourd'hui, nous donnons suite à cette promesse », a déclaré le chef de l'ONU Environnement Erik Solheim.

"Cet accord va au-delà de la couche d'ozone et des HFC. C'est une déclaration claire par tous les dirigeants du monde que la transformation verte qui a commencé à Paris est irréversible et irrésistible. Cela prouve que les meilleurs investissements sont ceux réalisés dans les technologies propres et efficaces."

Habituellement utilisés dans la réfrigération et la climatisation en remplacement des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, les HFC sont actuellement les gaz à effet de serre dont l'utilisation est en augmentation la plus rapide dans le monde, leurs émissions augmentant jusqu'à 10% chaque année. En outre, ils sont l'un des plus puissants, capturant des milliers de fois de plus de chaleur dans l'atmosphère que ne le fait le dioxyde de carbone (CO2).

"Le plus vite nous agissons, les plus faibles seront les coûts financiers, et plus légère sera la charge environnementale sur nos enfants », a déclaré Paul Kagame, Président du Rwanda.

"Pour commencer nous lançons un signal clair que le changement est à venir et qu'il arrive bientôt. De nouvelles innovations et des produits nous permettront d'éliminer progressivement les HFC en temps voulu plus rapidement et à moindre coût. »

La croissance rapide de l'utilisation des HFC ces dernières années a été alimentée par une demande croissante en équipement de refroidissement, en particulier dans les pays en développement possédant une classe moyenne en pleine expansion et un climat chaud. L'amendement de Kigali prévoit que les pays aux températures ambiantes élevées réduisent progressivement les HFC à un rythme plus lent.

"Il est rare que nous obtenions une chance d'obtenir une augmentation de 0,5°C de réduction des températures en adoptant une seule étape en tant qu'États - Chacun poursuivant des priorités différentes à différents moments, mais en accomplissant tout de même le travail », a déclaré le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

"Si nous continuons à rappeler les enjeux élevés pour chaque pays sur la Terre, la transition mondiale vers une économie de l'énergie propre accélérera. »

Planification de la réduction

Suite à sept années de négociations, les 197 Parties au Protocole de Montréal sont parvenues à un compromis, dans le cadre duquel les pays développés commenceront à réduire progressivement les HFC en 2019. Les pays en développement suivront avec un gel des niveaux de consommation des HFC en 2024, et certains pays gèleront leur consommation de HFC en 2028.

À la fin des années 2040, tous les pays devraient consommer seulement 15 à 20% de leur consommation actuelle.

Financement et alternatives aux HFC

Les pays ont également accepté de fournir un financement adéquat pour la réduction des HFC, dont le coût à l'échelle mondiale est estimé à des milliards de dollars. Le montant exact du financement supplémentaire sera convenu lors de la prochaine Réunion des Parties à Montréal, en 2017. Des subventions pour la recherche et le développement de solutions de substitution abordables aux hydrofluorocarbones seront les priorités les plus immédiates.

Des solutions de substitution aux HFC actuellement étudiées comprennent les substances n'appauvrissant pas la couche d'ozone et ayant un impact plus faible sur le climat, comme l'ammoniac ou le dioxyde de carbone. Des technologies de refroidissement efficaces et rentables capables de protéger le climat sont en cours d'élaboration, elles pourraient permettre de réduire les émissions de HFC tout en étant moins consommatrices d'énergie.

L'amendement de Kigali devient une réalité quelques jours seulement après deux événements climatiques majeurs : la signature de l'accord international pour réduire les émissions provenant de l'aviation et l'entrée en vigueur de l'accord sur le climat de Paris.

Communiqué du PNUE


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE