ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ENVIRONNEMENT


Source: Green countries, Publication: Tue 26 Jul 2016

POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS/ La Côte d’Ivoire poursuit la sensibilisation dans les industries chimiques


POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS/ La Côte d’Ivoire poursuit la sensibilisation dans les industries chimiques


POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS/ La Côte d’Ivoire poursuit la sensibilisation dans les industries chimiques

 

La Côte d’Ivoire, conformément aux obligations de la convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POPs), s’est engagée à réduire ou à éliminer la production et l’utilisation des POPs, afin de protéger la santé humaine et l’environnement. Dans ce cadre, avec le soutien du Fonds pour l’Environnement Mondial et la Banque Mondiale, à travers l’ONUDI, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, a organisé une série de formations et de sensibilisations des différentes parties prenantes sur les nouveaux et anciens Polluants Organiques Persistants, les risques y associés, ainsi que les priorités nationales pour leur gestion efficiente, ce jeudi 21 juillet 2016, au siège de la Direction Générale de l’Environnement, sis à la Riviera 3.
Cette activité, selon le Directeur Général de l’Environnement, Prof KOUADIO Georges, qui représentait le Ministre Rémi ALLAH-KOUADIO, « vise à permettre à ces acteurs qui utilisent suffisamment de produits chimiques dans leurs entreprises, d’avoir une meilleure compréhension des impacts sanitaires et environnementaux des POPs, aux fin de pouvoir les utiliser de manière écologiquement rationnelle. Cet atelier suscite beaucoup d’intérêts pour notre pays. Car, il s’agit de tenir nos engagements en tant qu’Etat partie à la Convention de Stockholm, sur les POPs », a précisé, en outre, le représentant du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.
Par ailleurs, notons que des groupes constitués ont été déjà sensibilisés depuis 2015 sur les POPs. Ce sont, notamment, les agents de médias, des Autorités décentralisées précisément des Conseils Régionaux et Mairies, des ONG productrices de vivriers, des Enseignants et élèves de l’enseignement secondaire, ainsi que des agriculteurs.
Ainsi, ces acteurs des industries chimiques ont été sensibilisés sur des thématiques liées à « la Gestion des produits chimiques en Côte d’Ivoire et le rôle des acteurs des secteurs publics et privés », « les conventions en charge de la gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques en Côte d’Ivoire, en l’occurrence la Convention de Bale, Rotterdam, Stockholm, Minamata et leur application en Côte d’Ivoire, ainsi que les PCB et leurs plans d’élimination en Côte d’Ivoire ».
Faut-il le rappeler, le contact fréquent avec les polluants organiques persistants est une voie d’intoxication en cas de mauvaise utilisation. L’accumulation de ces produits dans le corps, entrainent des problèmes de santé publique, entre autres, les perturbations endocriniennes et les cancers.
La Côte d’Ivoire a ratifié cette convention le 20 janvier 2004.Depuis 2006, elle a élaboré son Plan National de Mise en Œuvre (PNM) de la Convention de Stockholm sur les POPs.


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE