ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ENVIRONNEMENT


Source: notre-planète.info, Publication: Sun 15 May 2016

DE PLUS EN PLUS DE CATASTROPHES NATURELLES LIÉES AU CLIMAT DANS LE MONDE


DE PLUS EN PLUS DE CATASTROPHES NATURELLES LIÉES AU CLIMAT DANS LE MONDE


DE PLUS EN PLUS DE CATASTROPHES NATURELLES LIÉES AU CLIMAT DANS LE MONDE

C'est le constat alarmant d'un rapport de l'ONU : environ 90% des catastrophes enregistrées dans le monde depuis 20 ans ont été causées par des phénomènes liés au climat tels qu'inondations, tempêtes, canicules et sécheresses, des catastrophes en augmentation et symptomatiques des changements climatiques en cours.

Intitulé « Le coût humain des catastrophes liées au climat », le rapport publié le 23 novembre 2015 par les Nations Unies, montre que durant ces vingt dernières années, 90 % des catastrophes naturelles ont été causés par 6 457 inondations, tempêtes, vagues de chaleur, sècheresses et autres évènements liés à des phénomènes climatiques, ce qui représente en moyenne annuelle, 335 désastre. C'est 14 % de plus que la période 1995-2004 et presque le double du chiffre enregistré entre 1985 et 1995.

Les inondations représentent plus de 47 % des désastres liés au climat (1995-2015), elles ont affecté plus de 2,3 milliards de personnes et tué plus de 157 000 autres.

Les tempêtes sont les évènements liées au climat les plus meurtriers avec plus de 242 000 morts, ce qui représente plus de 40 % du chiffre global des morts causés par des phénomènes climatiques. 89 % de ces morts ayant eu lieu dans des pays à bas revenu.

Dans l'ensemble, les vagues de chaleur ont engendré 148 000 des 164 000 morts dus aux températures extrêmes. 92 % des décès liés aux vagues de chaleur ont eu lieu dans des pays à haut revenu dont 90 % en Europe. Les sècheresses affectent l'Afrique plus que n'importe quel autre continent. EM DAT enregistre 136 évènements entre 1995 et 2015, dont 77 sècheresses en Afrique de l'Est.

Le rapport recommande que la collecte de données soient plus précises sur les morts indirectes dues aux sècheresses. Selon les statistiques du CRED et de leur banque de données EM DAT, 87 millions de maisons ont été endommagées ou détruites de 1995 à 2015.

L'Asie est le continent qui est le plus touché par les catastrophes naturelles avec 332 000 morts et 3,7 milliards de personnes affectées, dont 138 000 décès ont été causés uniquement par le cyclone Nargis qui s'est abattu sur le Myanmar (Birmanie) en 2008.

Les cinq pays frappés par le plus grand nombre de catastrophes sont :
* les Etats Unis (472) ;
* La Chine (441) ;
* l'Inde (288) ;
* Les Philippines (274) ;
* et l'Indonésie (163).

Le rapport compilé par le Bureau Onusien pour la Réduction des Catastrophes (UNISDR) et le Centre de Recherche sur l'Epidémiologie des Désastres (CRED), basé en Belgique montre que depuis la première Conférence de L'ONU sur le climat (COP1) en 1995, plus de 606 000 personnes ont péri, soit une moyenne de 30 300 par an et plus de 4 100 000 ont été victimes de catastrophes (soit 205 000 par an), ou étaient sans abri ou ont eu recours à une assistance d'urgence à la suite de désastres causés par des phénomènes climatiques.

« La météo et le climat sont des causes majeures de risques de catastrophes et le rapport démontre que le monde paie un lourd tribut en termes de vies humaines, a expliqué Margareta Wahlstrom, Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes. Les coûts économiques sont un défi majeur pour le développement des Pays les moins développés qui luttent déjà contre les effets du dérèglement climatique et de la pauvreté. »

En ce qui concerne les coûts économiques, les données manquent mais ils sont bien plus importants que les 1 891 mille milliard de dollars avancés, représentant 71 % de la totalité des couts attribués aux catastrophes naturelles ces vingt dernières années, vu que seulement 35 % des catastrophes enregistrées contiennent des informations sur les pertes économiques. C'est pourquoi, le Bureau Onusien pour la Réduction des Catastrophes estime que le coût réel des désastres, y compris ceux des tremblements de terre et des tsunamis, se situe entre 250 et 300 milliards de dollars par an.

Rappelons que le rapport de Nicolas Stern de 2006 estimait que le changement climatique pourrait coûter à l'économie mondiale jusqu'à 550 milliards de dollars par an, une évaluation que l'économiste britannique a ensuite considéré comme très en-dessous de la réalité...

En attendant que les gouvernements s'accordent pour diminuer significativement les émissions de gaz à effet de serre, "les investissements publics et privés doivent prendre en compte les risques actuels et veiller à ne pas augmenter l'exposition des personnes et leurs avoirs économiques aux aléas naturels en particulier dans les zone inondables, le long des côtes basses ou autres locations vulnérables pour les établissements humains" indique le rapport. Il s'agit donc de s'adapter à un monde qui change.


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE