ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -JEUNESSE


Source: lefaso.net, Publication: Wed 29 Jun 2016

Burkina faso:Inoussa Kaboré, administrateur et directeur général de CIMFASO : « La jeunesse bobolaise sera prise en compte dans le recrutement à CIMASSO »


Burkina faso:Inoussa Kaboré, administrateur et directeur général de CIMFASO : « La jeunesse bobolaise sera prise en compte dans le recrutement à CIMASSO »


BURKINA FASO:INOUSSA KABORÉ, ADMINISTRATEUR ET DIRECTEUR GÉNÉRAL DE CIMFASO : « LA JEUNESSE BOBOLAISE SERA PRISE EN COMPTE DANS LE RECRUTEMENT À CIMASSO »

Lefaso.net : Est-ce votre engagement pour la protection de l’environnement qui justifie votre parrainage de la 144ème journée mondiale de l’environnement commémorée à Bobo-Dioulasso, ce dimanche 5 juin ?

Nous sommes une société qui a sa responsabilité sociétale. Alors dans le cadre de cette responsabilité, il va de soi que la protection de l’environnement soit inscrite dans notre politique. Il faut protéger l’environnement pour le futur. Et cela va en droite ligne avec notre Slogan qui est « construire l’avenir ». C’est donc basé sur ce que nous pouvons faire pour que l’avenir soit beaucoup plus radieux pour les générations futures.

Pour nous, la première des choses à laquelle il faut penser est l’environnement. Dans ce volet protection de l’environnement, nous avons voulu accompagner le gouvernement en acceptant de co-parrainer la journée. Cela rentre dans les différentes activités que nous menons pour la protection de l’environnement. Nous sommes, par ailleurs une des sociétés au Burkina qui a la double certification ISO 9001 de l’environnement. Une reconnaissance qui témoigne aisément de notre engagement pour l’environnement.

Quelles sont concrètement vos actions dans la protection de l’environnement ?

Toute activité qui entre dans le cadre de la protection de l’environnement aura notre soutien. C’est ce qui justifie notre don aux femmes en charge de la salubrité de la ville de Bobo-Dioulasso à hauteur de 10 millions de FCFA. Ces femmes sont nos sœurs, nos mères, etc… qui se battent tous les jours pour rendre le cadre de vie agréable et sain. Cela nécessite le soutien des sociétés et CIMASSO s’inscrit dans cette dynamique. Ce n’est pas beaucoup, 10 millions FCFA, et CIMASSO ira toujours dans ce sens. La protection de l’environnement sera notre credo.

Le site de CIMASSO a suscité beaucoup de réactions au sein de la population bobolaise. Le gouvernement a rassuré de ce qu’il n’y a aucun danger. C’est cela ?

Le problème a certes été posé mais je voudrais rassurer les gens même si la pollution zéro n’existe. Aujourd’hui nous avons de hautes technologies. Les machines et la technologie que nous allons installer sont prouvées dans leur volet de protection de l’environnement. Il faut également noter que c’est une production verte que nous voulons faire.

C’est vrai que c’est du ciment que nous allons produire, mais j’ai plusieurs fois expliqué qu’à Bobo, nous allons juste faire le broyage et l’ensachage du klinker. Pour ce faire, nous avons mis le paquet pour que la technologie qui sera installée soit fiable en termes de protection de l’environnement. Je pense donc que le débat doit être clos maintenant, car technologiquement, l’usine ne présentera pas de danger pour les populations.

En termes d’apport, je pense que nous parlons de création d’emplois ; c’est 1500 emplois directs et indirects et cela va impacter la vie des gens. Si les gens travaillent, ils peuvent penser à autre chose. L’impact économique va englober la protection de l’environnement, la création d’activités individuelles…

Qu’est-ce qui est déjà fait ?

Avec le gouvernement, nous avons pensé à mettre en place une commission ad-hoc qui va s’occuper de l’environnement afin de minimiser les risques, faire des propositions pour sauvegarder la biodiversité. Nous sommes dans cette dynamique. Nous allons voir quel système mettre en place pour protéger l’environnement et promouvoir l’industrie verte.

Parlant d’emplois, y a-t-il un quota pour la jeunesse bobolaise ?

Je ne voudrais pas parler de quota. La jeunesse bobolaise sera prise en compte dans le recrutement. Nous construisons l’avenir, et la base c’est la jeunesse. A CIMFASSO à Ouaga, ce sont près de 300 jeunes de moins de 30 ans qui font fonctionner l’usine. Et c’est ce que nous allons faire à Bobo. La jeunesse bobolaise peut donc être rassurée.

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE