ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ENVIRONNEMENT


Source: www.neoplanete.fr, Publication: Mon 01 Feb 2016

Le permafrost : une bombe à retardement


Le permafrost : une bombe à retardement


Le permafrost : une bombe à retardement

Avec le dégel dû au réchauffement climatique, le permafrost qui recouvre nos plus hautes montagnes pourrait libérer des quantités de méthane. Un scénario qui effraie les scientifiques et affole les Tibétains, en première ligne.

On part loin aujourd’hui puisque on part au Tibet, sur le toit du monde !

Superbe paysage en effet mais vous vous doutez que je vais vous parler d’autre chose car le Tibet est le 3e plus grand réservoir de glace au monde, après l’Arctique et l’Antarctique, avec plus de 40 000 glaciers sur son plateau. Lors de la COP21, encore une rencontre formidable avec Dicki Chhoyang, ministre des affaires étrangères du gouvernement tibétain en exil. Et plus connu, Matthieu Ricard qu’on ne présente plus. Tous les deux nous ont expliqué les conséquences du réchauffement climatique au Tibet où depuis une dizaine d’années les glaciers commencent à bouger. La campagne, « Tibet action climat » a été lancée pour faire connaître notamment une nouvelle menace qu’on connait encore mal le permafrost.

Le permafrost, c’est le sol glacé ?

Oui, en français cela se dit pergélisol. Mais tout le monde utilise le terme anglais, le permafrost. Avec le réchauffement, il fond de plus en plus vite. Or il emprisonne de grosses quantités de carbone, issu de la décomposition des végétaux, depuis des millénaires. Avec le dégel, lié au réchauffement climatique, on a peur qu’il libère des quantités de gaz tels que le méthane ou le dioxyde de carbone. Et vu l’immensité de Himalaya que vous admiriez tout à l’heure, cela concerne la moitié du sol tibétain qui renfermerait à lui seul 1/3 du méthane mondial. Donc c’est une véritable bombe. Pour les Tibétains et nous tous.

Que faire ?

Etudier pour mieux connaître, les scientifiques y travaillent et il y a urgence. En ce qui concerne le Tibet, la désertification est terrible car on n’entretient plus les pâturages qui captent le CO2. Une bonne nouvelle : le gouvernement chinois a décidé de rendre les nomades tibétains responsables du changement climatique sur ce plateau qu’ils connaissent si bien. Ensuite, faire tout ce que l’on répète sans cesse notamment dans cette chronique pour calmer le réchauffement climatique car c’est une fois de plus l’enseignement de la planète, tout se tient. Ce qui peut se passer au Tibet est capital pour nous. Ce que chacun fait est capital pour notre avenir !

585Cette chronique a été diffusée le 27 janvier sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE