ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ECO-CULTURE


Source: ecopilot.be, Publication: Sun 18 Jan 2015

développemement et construction durable en Afrique


développemement et construction durable en Afrique


développemement et construction durable en Afrique

En Afrique sahélienne (entre le Sahara et l’équateur), près de 200 millions de personnes doivent trouver une solution pour la construction de leurs toitures en réponse à la déforestation et à la désertification qui font disparaître les bois habituellement utilisés pour la construction. L’Association Voûte Nubienne (AVN ) travaille depuis une dizaine d’années au Burkina Faso, Mali, Sénégal et maintenant en Zambie pour implanter des constructions en briques de terre et voûtes, dites voûtes nubiennes et contribuer au développement durable de zones rurales. L’AVN, c’est maintenant 4 pays, 10.000 bénéficiaires, 176 maçons formés, plus de 1.300 voûtes, un taux de croissance de 40% l’an, plus de 500.000 € d’impact économique local (dans un monde d’économie non formelle), 44 bénévoles et salariés, 300 investisseurs sociaux et un budget annuel de 350.000 €, qui doit passer à court terme à plus de 500.000 € pour garantir les projets en cours.

Au Sahel, la majorité des familles puisent dans leurs faibles budgets d’alimentation, de santé, d’éducation, pour acheter des tôles et des chevrons. Ces matériaux sont chers, car importés, sans confort thermique, acoustique et d’usage. Ils sont dangereux par leur mise en œuvre qui donne une mauvaise résistance aux vents et aux pluies abondantes.

Les tôles seront à remplacer tous les 7/10 ans. Les familles qui optent pour les toitures de tôle sont donc enfermées dans un cercle vicieux de pauvreté et d’inconfort. Elles n’ont aucune solution durable pour se loger décemment, et cette situation coûte cher aux économies locales très fragiles.

La voûte nubienne est une technique égyptienne ancestrale. Elle permet la construction de toitures voûtées entièrement en terre: sans bois, sans tôle et sans ciment. La voûte nubienne est donc une solution constructive idéale pour ces zones aux économies fragiles. La voûte nubienne présente aussi une alternative de construction durable avec un bon potentiel de développement socio-économique :

  • Elle est solide, confortable et durable.
  • Elle restaure l’usage du toit-terrasse.
  • Elle est modulable dans le temps et l’espace.
  • Alors que l’argent manque et que la main d’œuvre abonde, la terre utilisée pour la voûte nubienne est gratuite et la main d’œuvre, hormis celle des maçons, n’a pas besoin de qualification particulière.

L’Association la Voûte Nubienne a mis en place cinq niveaux de formation:

  • l’apprenti débutant qui fabrique les petites briques,
  • l’apprenti confirmé,
  • le maçon qui construit une voûte nubienne,
  • l’artisan qui gère un chantier,
  • l’entrepreneur qui gère plusieurs chantiers.

 

Ils sont tous d’abord cultivateurs et ils apprennent le métier de maçon sur le terrain avec l’ Association la Voûte Nubienne:

  • Ils font aussi la promotion de la technique voûte nubienne pour vendre leur savoir-faire localement.
  • Ils supervisent ensuite les chantiers voûte nubienne, une fois qu’ils sont suffisamment formés.
  • Ils transmettent leur savoir-faire à des apprentis qu’ils suivent sur plusieurs chantiers, et ils échangent des retours d’expérience avec d’autres maçons pour assurer leur progression.
  • Ils sont payés à 100% par leurs clients, en monnaie, en  échanges ou en troc.
  • Ils construisent des maisons simples ainsi que des bâtiments publics en Voûte Nubienne, dont des mosquées.
  • Ils collaborent enfin tous avec l’Association la Voûte Nubienne : pour transmettre des informations sur le marché, les clients, les apprentis et participent à des réunions pour échanger des informations avec d’autres maçons. Certains d’entre eux prennent même part à des actions de vulgarisation qui dépassent leur métier d’artisan, et ils sont ponctuellement indemnisés par l’Association la voûte Nubienne.

Amorcer un marché en 6 phases

J’ai rencontré Mathieu Hardy à Tunis fin mai lors de l’atelier international ‘le bâtiment écologique – choix stratégique et facteur de développement’. Mathieu est architecte français et volontaire de solidarité internationale au Mali. Les relations entre le Mali et la France sont assez tumultueuses: trois coopérants y sont morts récemment: Michel GERMANEAU (Juillet 2010), Antoine de LÉOCOUR et Vincent DELORY (Janvier 2011) et 4 ressortissants français sont toujours retenus en otages. Nous pensons toujours et encore à eux en ce lendemain de libération en Afghanistan de Hervé GHESQUIÈRE et Stéphane TAPONIER. Il met en place une stratégie d’actions pour amorcer le marché de la voûte nubienne sur des territoires où il n’y en a pas.

La méthode est bien structurée et efficace. Mathieu nous explique la méthode «AMORCE» de l’Association la Voûte Nubienne:

  1. Dans un «Village-Pilote», c’est-à-dire un village étendu composé d’un village principal et de ses satellites directs, je repère une personne-clé, convaincue par la technique voûte nubienne et convaincante localement.
  2. J’accompagne cette personne-clé pour sensibiliser et valider un premier groupe de clients et d’apprentis intéressés et j’ouvre ainsi la porte du marché voûte nubienne.
  3. J’envoie un artisan voûte nubienne pour lancer le marché local de la voûte nubienne. Payé par les clients locaux, l’artisan va construire leurs maisons tout en formant les premiers maçons locaux «sur le tas». Je l’accompagne ponctuellement, ainsi que la personne-clé, pour que le marché se développe au mieux.
  4. Au fur et à mesure des années, soit après 4 à 5 ans, les sensibilisations, les constructions et les formations sont suffisante pour permettre l’autonomie du marché local et donc mon retrait et celui du maçon.
  5. Dans un rayon d’une 40aine de km autour de ce Village Pilote, d’autres villages connaîtront le même processus à leur tour, faisant émerger une «Zone-Pilote».
  6. De même, d’autres vulgarisateurs voûte nubienne permettront de proche en proche l’émergence d’autres Zones-Pilotes qui permettront enfin l’émergence de «Régions-Pilotes» dans un rayon d’une centaine de kilomètres.

 

Les équipes de vulgarisateurs déployent la méthode « Amorce » à partir de niveaux complémentaires :

  • l’amorce villageoise, qui est un déploiement à partir d’un Village-Pilote,
  • l’amorce zonale, qui est un déploiement à partir d’une Zone-Pilote composée de plusieurs Villages-Pilotes et enfin
  • l’amorce régionale, qui est un déploiement à partir d’une Région-Pilote composée de plusieurs Zones-Pilotes.

 

L’Association la voûte Nubienne dispose également d’un véritable programme de vulgarisation dont l’objectif est de tisser un réseau d’équipes régionales pour mailler progressivement le Sahel en se retirant au fur et à mesure des premiers territoires une fois ceux-ci «amorcés».

 

L’Association la voûte Nubienne a fixé ses propres indicateurs permettant de repérer un marché «Amorcé» et donc considéré comme Autonome:

  • le nombre de nouvelles maisons bâties en voûte nubienne (50%),
  • le pourcentage de la population touchée (5%).

 

C’est ainsi que l’Association la voûte Nubienne propage son modèle constructif de proche en proche et à grande échelle, tout en se retirant progressivement des territoires devenus autonomes. Moi aussi, je désire soutenir le programme « pour des Toits de Terre au Sahel »


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE