ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -COOPéRATION


Source: www.mediaterre.org, Publication: Fri 16 Oct 2015

COP12 à Ankara : une déclaration des Organisations de la Société Civile entendue


COP12 à Ankara : une déclaration des Organisations de la Société Civile entendue


COP12 à Ankara : une déclaration des Organisations de la Société Civile entendue

Dans le cadre de sa participation à la 12e Convention de l'ONU sur la Désertification à Ankara (COP12), Patrice Burger, Directeur du CARI et Représentant de la société civile pour l'UNCCD est intervenu en séance plénière le mardi 14 octobre.

"Monsieur le Président, Mmes messieurs les délégués, je vous remercie de donner l’occasion à la société civile d’exprimer son opinion sur cet important sujet de la neutralité de dégradation des terres. Permettez-moi de m’exprimer ici au nom du CARI, une ONG française impliquée depuis plus de vingt ans dans cette convention, et au nom du réseau Drynet et des OSCs en général présentes à COP12

Selon notre compréhension, l’objectif de neutralité en matière de dégradation des terres vise directement la sécurité alimentaire globale, le maintien voire l’accroissement du potentiel productif par la réduction de la dégradation et la restauration des espaces dégradés, et plus largement la préservation et la restauration des écosystèmes.  Si nous reconnaissons que ce concept est ambitieux, nous pensons aussi qu’aucune force au monde ne peut s’opposer à une idée dont le temps est venu ; et qu’il faut ici rendre hommage à ceux qui ont contre vents et marées maintenu cette convention et le sujet des terres comme une des préoccupations majeures du monde.

Si nous avons attendu longtemps l’opportunité d’un tel objectif auquel nous souscrivons, nous devons toutefois dire que nous partageons avec d’autres délégués qui se sont exprimés ici,  les questions en suspens  qui doivent être répondues   pour clarifier et préciser le concept et lever ainsi toutes les incertitudes scientifiques, pour préciser les conditions de ses déclinaisons nationales qui doivent traduire le concept en action en tenant compte des situations locales, des différentes approches de mise œuvre  globale ou territoriale et leurs échelles, des arbitrages entre efforts de réduction de dégradation et efforts de restauration, des méthodes de suivi et d’évaluation dans un système transparent de calcul, et , bien entendu, du financement.

Mr le président, mesdames et messieurs les délégués, permettez-moi de faire court  :

  • En aucun cas la neutralité en matière de dégradation des terres ne doit donner lieu à des arbitrages qui imposeraient un choix entre environnement et développement ; ce sont les deux qui doivent simultanément être au cœur du concept et font aussi sa force
  • En aucun cas la neutralité en matière de gradation de terres ne doit nous amener à choisir entre réduction de la dégradation et restauration : les deux sont à poursuivre
  • En aucun cas la neutralité en matière de dégradation des terres ne doit donner l’opportunité à créer des droits à dégrader
  • En aucun cas la neutralité en matière de dégradation des terres ne doit affecter les droits écrits et non écrits des usagers des terres, particulièrement scelles occupées par les communautés de bases
  • En aucun cas la neutralité en matière de dégradation des terres ne doit favoriser sous une forme visible ou cachées, l’accaparement ou le transfert des terres de leurs usagers et ayants droits,  ni déplacer ces derniers.

Mr le Président, Mmes,  Messieurs les délégués,

Dans tous les cas, la neutralité en matière de dégradation des terres doit d’abord servir la cause et les modes de vie des populations que cette Convention doit protéger. Et  proposer à ces quasi deux milliards de personnes l’opportunité de fournir pour cette cause un travail productif et rémunéré. Un travail  qui puisse les rendre fiers et contributeurs à deux problèmes globaux majeurs dans le monde que sont le changement climatique et la pauvreté. Et ceci tout en contribuant à la stabilité mondiale globale.

Mr le Président, Mmes et messieurs les délégués, voici donc notre tâche commune, et rien ni personne ne doit nous en détourner.

Je voudrais conclure en redisant ici , très sérieusement, que la société civile est à vos côtés dans ce chantier ambitieux.

Je vous remercie."



Plus d'informations sur le site de l'UNCCD Société civile.


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE