ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ENVIRONNEMENT


Source: lefaso.net, Publication: Wed 17 Aug 2016

burkina faso: Campagne de reboisement : 50.000 plants pour consolider les berges du barrage de Ziga


burkina faso: Campagne de reboisement : 50.000 plants pour consolider les berges du barrage de Ziga


BURKINA FASO: CAMPAGNE DE REBOISEMENT : 50.000 PLANTS POUR CONSOLIDER LES BERGES DU BARRAGE DE ZIGA

L’envasement et l’ensablement du barrage de Ziga constituent une préoccupation pour les autorités en charge de l’eau. Pour lutter contre ces deux maux, l’Agence de l’eau du Nakambé en collaboration avec l’ONEA a organisé une campagne de reboisement des berges dudit barrage, le samedi 13 août 2016. Cette campagne vise la végétation de la zone de servitude du barrage de Ziga et aussi la clôture en haie vive de la bâche d’eau de Boudtenga. C’est le Haut-commissaire de l’Oubritenga, représentant le gouverneur du Plateau central qui a donné le top de départ de l’opération. A l’occasion, la population a répondu au rendez-vous comme cela a été le cas dans les années antérieures.

Les autorités locales de la région ont salué cette initiative. Pour le Directeur provincial de l’environnement, de l’économie verte et de changement climatique de l’Oubritenga, Salfou Ouédraogo, elle contribue de 8% à l’atteinte des objectifs fixés pour cette campagne de déforestation.

Le choix de cette localité n’est pas fortuit, selon Jules Ouédraogo, directeur général de l’ONEA. Ziga est le grand centre de production d’eau de la ville de Ouagadougou et de ses environnants. « Le barrage de Ziga est assez long (Ndr, près de 187 km) et il y a beaucoup de risque d’ensablement et d’envasement de ce barrage. L’objectif de planter les arbres c’est de créer un périmètre tout autour du barrage pour le stabiliser et le protéger contre l’ensablement et l’envasement », a expliqué M. Ouédraogo. Pour ce faire, ce sont au total 50.000 plants essentiellement constitués de « Prosopis Juliflora » qui ont été mis en terre. Ils couvrent une superficie de 610 hectares.

Et le directeur général de l’ONEA de préciser : « Dans les années passées, nous avons planté près de 187.000 plants et nous constatons que 95% de ces plants ne meurent pas. De plus, ce qui est phénoménal c’est que ces plants une fois que vous les plantez, ils se multiplient. A certaines parties nous constatons que si nous plantons ces plants, on peut avoir 200 plants après qui poussent dans la zone ». En termes de perspective, l’ONEA ambitionne mettre en terre des plants tout le long du barrage de Ziga. Et ceci, durant les quatre prochaines années. Une vision audacieuse mais pas impossible aux yeux du premier responsable de l’office.

Par contre, l’environnementaliste à l’ONEA Neya Augustin estime qu’il ne faut pas faire un reboisement parce qu’on veut le faire mais plutôt parce qu’on veut chercher à optimiser les arbres. C’est d’ailleurs pourquoi, il n’a pas manqué de prodiguer des conseils pour réussir une forêt artificielle. « Dès que vous mettez en terre un plant, il faut l’entretenir. Aussi, il faut savoir quelle plante utiliser sur quel type de sol. Tant que vous n’avez pas ce sens il est très difficile de pouvoir réussir un reboisement », a-t-il précisé. Et de poursuivre que le reboisement de 2004 a été un grand succès. « Aujourd’hui c’est une forêt et personne ne peut rentrer là-dedans. Et même qu’elle est devenue un guide touristique pour l’extérieur. C’est un exemple réussi pour l’ONEA », se réjouit-il. Toutefois, a-t-il révélé, « Il nous a fallu 5 ans pour pouvoir choisir la plante qu’il faut sinon on allait être comme les autres ».

L’opération de reboisement des berges du barrage de Ziga a été mise à profit par le personnel de l’agence de l’eau du Nakambé et de l’ONEA pour visiter les sites de reboisement des années antérieures, l’introduction de 50.000 poissons dans le lac du barrage de Ziga pour la protection de la qualité de l’eau brute. Aussi, ils ont visité, entre autres, l’écloserie des poissons, le bassin d’alevinage et le laboratoire.

« Nous faisons la reproduction artificielle. Ainsi, on peut produire 200.000 poissons en 72 heures », s’est vanté l’environnementaliste à l’ONEA.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE