ENTREPRISES CITOYENNES

Premier site africain dédié au développement durable

DEVELOPPEMENT -ENVIRONNEMENT


Source: www.sodefor.ci, Publication: Tue 24 Nov 2015

ETATS GÉNÉRAUX DE LA FORÊT, DE LA FAUNE ET DES RESSOURCES EN EAU : KABLAN DUNCAN APPELLE À L’AIDE POUR ENRAYER LE CYCLE DE DÉGRADATION


ETATS GÉNÉRAUX DE LA FORÊT, DE LA FAUNE ET DES RESSOURCES EN EAU : KABLAN DUNCAN APPELLE À L’AIDE POUR ENRAYER LE CYCLE DE DÉGRADATION


ETATS GÉNÉRAUX DE LA FORÊT, DE LA FAUNE ET DES RESSOURCES EN EAU : KABLAN DUNCAN APPELLE À L’AIDE POUR ENRAYER LE CYCLE DE DÉGRADATION

 

Daniel Kablan Duncan, Premier ministre de Côte d’Ivoire a procédé le lundi 16 novembre 2015 à l’auditorium de la Primature, à l’ouverture des Etats Généraux de la Forêt, de la Faune et des Ressources en Eau.

Il s’agira trois jours durant (du 16 au 19 novembre) pour les participants d’apporter des réponses pour une gestion durable et efficiente des ressources naturelles C’est sans fioriture que le Premier ministre a présenté la situation actuelle de la faune, des ressources en eau, mais surtout de l’état de la forêt ivoirienne.

Il a relevé que ces assises se tiennent après l’adoption par la communauté internationale des objectifs du Développement Durable et deux semaines avant le lancement de la COP21 à Paris, le 30 novembre prochain. Pour Kablan Duncan, la Côte d’Ivoire est confrontée actuellement au défi de la gestion efficace de ses ressources naturelles que sont la forêt, la faune et les ressources en eau.

Le lancement des travaux préparatoires de ces Etats Généraux le 27 février 2015, à Bingerville, traduit bien la prise de conscience de plus en plus aiguë par le Gouvernement de l’importance et de l’urgence des enjeux.

« La forêt ivoirienne a connu une dégradation continue passant de 16,5 millions d’ha à l’indépendance à 12 millions d’ha en 1970, puis à 4 millions d’ha en 2000 et à seulement 2 millions ha aujourd’hui, soit moins de 13% du territoire national contre 78% à l’indépendance », a rappelé le Premier ministre.

Il a indiqué que de façon plus générale, le Gouvernement est conscient qu’il y a urgence à agir pour inverser rapidement la tendance continue et désastreuse de la dégradation des ressources naturelles du pays. Il s’agit de préserver le couvert forestier et de réhabiliter la forêt ivoirienne pour ramener sa couverture du territoire national au-dessus du seuil international de 20%.

La tenue des Etats Généraux de la Forêt, de la Faune et des Ressources en Eau vient donc, selon lui, à point nommé pour aider à identifier, dans un cadre concerté, les causes des dysfonctionnements dans la gestion de nos ressources naturelles et à proposer des mesures correctives à moyen et long termes.

Il s’agit d’établir les bases d’une gouvernance plus efficiente des ressources naturelles disponibles afin d’assurer leur sauvegarde et leur reconstitution pour le bien-être des populations présentes et des générations futures. Pour finir, Kablan Duncan a lancé un appel pressant aux partenaires techniques et financiers, aux organisations internationales, au secteur privé et à la société civile, à prendre une part active à côté du Gouvernement ivoirien dans le financement et la mise en œuvre des objectifs qui seront assignés à ce nouveau plan.

Elaborer un Plan de développement stratégique (PSD) 2016-2045 Pour Mathieu Babaud Darret, les résultats issus des Etats Généraux vont non seulement constituer une véritable analyse rétrospective du secteur, mais également un répertoire fourni de pistes ou de solutions souhaitables pour une gestion efficace, efficiente et durable des ressources forestières, fauniques et des ressources en eau. Ces réflexions permettront de doter le pays, d’une capacité d’anticipation des changements pouvant impacter le secteur. Un renouvellement qui appelle l’élaboration du nouveau Plan de développement stratégique (PND) allant à la période de 2016 à 2045.

« Qu’est-ce qui fait que rien ne marche malgré nos efforts ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à inverser la tendance ? ».

Ce sont entre autres ce genre de questions, qui selon lui seront posées et auxquelles les experts devront répondre. Quant à SEM. Georges Serre, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, il a promis d’actionner l’aide des partenaires au développement afin d’atteindre les objectifs que sont l’arrêt de la dégradation et l’inversion de la tendance en ce qui concerne la gestion des ressources naturelles ivoiriennes.


Commentaires

PARTENAIRES

INSCRIVEZ-VOUS

Newsletter
Recevez nos infos et nouveautés

AEJCI - Concours GHO

LE BUZZ DU DD


NOUS SUIVRE